SUIVEZ-NOUS SUR
interviewWilliam Dupil « A nous de mettre tous les ingrédients pour gagner les matches »

Elite Val D'Oise Handball

William Dupil « A nous de mettre tous les ingrédients pour gagner les matches »

Plus jeune ancien encore que le virevoltant Romaric Biglietti, William “TDD” Dupil est aussi jovial et sympa en dehors du gymnase que féroce et dur à contrer sur le 40/20. Bien à sa place dans le groupe, ambianceur côté musique, il surveille attentivement le déclic dans le jeu qui lancera la machine EVO en 2021-2022 !

 

Elite Val d’Oise Handball : A 23 ans, comme Romaric 24, tu fais déjà partie des anciens, mais tu es très jeune. Au club depuis 2019, comment te sens-tu dans cette équipe ?
William Dupil : « Je me sens bien. C’est vrai que je suis jeune. Je suis là depuis 3 ans. On forme vraiment un gros groupe, un bon groupe dans lequel on ne fait pas de différences d’âge. Il n’y a pas de grand ni de petit. »

 

EVO : On te voit comme un gars très cool, très souriant. Comment te situes-tu dans le collectif ?
W.D. : « J’ai toujours été souriant. Je suis celui qui taquine les vieux. Je les appelle “mes petits”. Je suis un peu dans ce délire avec tout le monde, dans cette ambiance-là. »

EVO : Ce groupe 2021-2022 forme vraiment un bon mixe, comme tout le monde le souligne. C’est sa force…
W.D. : « Il y a de grandes différences d’âges, mais qui ne se ressentent pas. On s’amuse vraiment tous ensemble. »

 

EVO : Parle-nous de ton parcours handballistique. Un parcours très varié et risqué, puisque tu es originaire de la Martinique, où tu as tout laissé pour rejoindre la Métropole et jouer à Tremblay-en-France, Besançon, avant l’Elite Val d’Oise Handball.
W.D. : « J’ai commencé le Hand à 3 ans au Réveil Sportif. J’ai aussi connu le Pôle en Martinique. Puis, je suis arrivé au Pôle de Reims. Quand je suis arrivé en France, j’étais en U18 à Tremblay-en-France, avant d’intégrer leur Centre de formation. Ensuite, je suis parti une saison à Besançon, retour en N1 à Tremblay et direction enfin l’Elite Val d’Oise. »

 

EVO : Ton truc, cela a toujours été le Hand ?
W.D. : « Oui ! J’ai toujours aimé le Hand… (il insiste) et la musique ! Je n’ai pas connu d’autres sports. Ma mère faisait du Hand, mon père aussi. J’ai mon cousin qui a joué en D2 à Besançon. Ma cousine a joué au Havre en D1. Toute ma famille fait du Hand. Mon parcours entre dans une logique. Je suis né dedans. Bébé, j’étais dans les gymnases. A la mi-temps des matches, j’étais dans les cages ou au milieu du terrain déjà. »

 

EVO : A l’image de Wilhelm (Clusel), comment as-tu géré ce parcours en passant de la Martinique à la Métropole tout jeune ?
W.D. : « Je suis parti à 15 ans à Reims. Au début, c’était dur de vivre sans mes parents. Mais cela m’a permis de me responsabiliser très vite. Je suis devenu autonome très rapidement. Comme j’aimais vraiment beaucoup le Hand, je me suis habitué à la distance entre mes parents et moi. Je m’y suis fait. Mon cheminement s’est fait logiquement. »

 

EVO : Quel est ton poste de prédilection sur le terrain ?
W.D. : « Etant jeune, j’ai toujours été demi-centre. Depuis que je suis arrivé en France, j’ai évolué. J’ai joué arrière gauche aussi. D’autres coaches m’ont préféré demi-centre. Créateur ou buteur, je m’adapte selon l’entraîneur. Depuis le début de saison, j’ai parfois dépanné pivot. Mais ce n’est pas pour moi. Avec Safwann, je suis sur la base arrière. »

EVO : Quelles sont tes qualités et tes défauts ?
W.D. : « Je pense que mon shoot est ma qualité n°1, avec un peu ma vision du jeu. Mes défauts ? Clairement mon physique. Je ne suis pas cardio. J’ai quelques kilos en trop. Je suis puissant, mais ça change mon jeu. Je l’adapte à mon corps, à mon physique. Je fais moins de duels, je tire plus de loin. Avant, j’étais plus au duel. »

 

EVO : Que fais-tu en dehors du gymnase ?
W.D. : « Je fais un Service Civique au club de Franconville Le Plessis Bouchard. J’entraîne les petits du club, U8 et U10, et je fais aussi de la musique. Je vais enfin m’inscrire à un BTS Génie Civile. Et je suis DJ à temps partiel ! »

 

EVO : Fabien Segarel aussi a entraîné les jeunes à Saint-Gratien Sannois. Cette idée de transmission te plait beaucoup à toi aussi ?
W.D. : « Oui. Je compte passer mes diplômes d’entraineur à l’avenir. C’est une première approche intéressante. Malgré mon jeune âge, je suis dans cette idée de transmettre aux jeunes les bases et tout ce que j’ai appris durant mon parcours. Là, c’est la base, dribble, passe, défense, attaque. »

 

EVO : Allez, passons à ton hobby…
W.D. : « La musique ! Je suis DJ dans un groupe de musique, le groupe TDD. Wilhelm en fait partie. Il existe depuis presque 10 ans. C’est parti d’un délire entre potes à l’époque où on était au Pôle. On est tous partis en France jouer, Padolus à Sarrebourg, Wilhelm avec moi à l’Elite, Christophe Gineau de Créteil notamment et on a voulu un truc pour tous se réunir quand on revient en vacances en Martinique. On a appelé ça TDD et voilà… »

 

EVO : Ça veut dire quoi TDD ?
W.D. : « Ça, c’est secret (il rigole) ! C’est un délire qui remonte au Pôle. C’est de la musique de chez nous. De tout. Ça nous permet de nous évader en dehors du Hand et c’est aussi une bonne excuse pour se réunir ! »

 

EVO : Alors, qui met la musique dans le vestiaire à l’Elite ?
W.D. : « Je laisse Chris mettre la musique. Mais je l’embête avec ça quand c’est pas terrible. Mais lui, ça va. C’est de la musique qu’on aime. Mais je pense à Simon et Lucas qui mettent leur musique… bien à l’opposé de nos goûts avec Wilhelm ! Donc, je préfère la Commission Musique de Chris pour les choix. »

EVO : Revenons sur le terrain. Vous abordez deux déplacements périlleux avant les vacances. Quel est ton avis sur le début de saison ?
W.D. : « Tous les matches sont serrés. On est passé quatre fois juste à côté de la victoire. Donc, on bosse deux fois plus pour y arriver. Le déclic est psychologique selon moi. On n’est pas moins fort ou plus faible que les autres équipes. Mais on doit tous se remobiliser pour gagner enfin ! »

 

EVO : Il y a urgence sur le sportif, vous êtes inquiet ?
W.D. : « Ce n’est pas catastrophique. Mais ce ne sont pas les résultats que l’on attendait. Donc, c’est mitigé. »

 

EVO : Quels sont tes objectifs pour cette saison ?
W.D. : « C’est ma dernière année de contrat… Pour le moment. Ce serait bien de monter en Proligue. Mais il faut déjà être performant pour avoir des résultats, irréprochables. Ça passe par là. D’abord gagner, et après on pourra commencer à parler montée. »

 

EVO : Tu aspires à t’inscrire dans le projet EVO sur le long terme ?
W.D. : « Comme j’ai déjà touché le haut niveau avec Tremblay, ce serait bien que je puisse y revenir avec l’Elite. Après, ce peut-être ailleurs si c’est pour ce genre de projet. J’ai fait des matches amicaux avec la D1 de Tremblay et pareil avec Besançon en D2, alors que je jouais en réserve. »

 

EVO : Bon, il faut commencer par gagner à Gonfreville et Saintes avant la trêve pour remonter au classement…
W.D. : « Ce sera compliqué, comme tous les matches de cette poule. A nous de mettre tous les ingrédients pour gagner les matches. Mais il y a tout pour que ça le fasse. »

Interview : Frédéric Thoos (EVO)

Photos : Mathilde Plotton, Vanessa Broussier Moreau (EVO)

QUICK CONTACT INFO

Meet your new team leader, Top Scorer! Create your NFL or sports website, win the online sports game and dominate your competition.

Monday-Friday: 9am to 5pm;

Satuday: 10am to 2pm